L’ÉQUATION DE RÉACTION : UN NœUD D’OBSTACLES DIFFICILEMENT FRANCHISSABLE

(Note: The full text of this document is currently only available in the PDF Version )

André LAUGIER* and Alain DUMON
Université de Bordeaux 2 et IUFM d’Aquitaine, Laboratoire DAEST, France

Received 11th December 2003 , Accepted 22nd January 2004

A l’issue de la classe de seconde, face à une transformation de la matière, un élève doit savoir reconnaître une réaction chimique, quels sont les concepts qui l’organisent, comment il est possible de représenter un tel phénomène, quel langage permet de communiquer des connaissances à son sujet. C’est l’équation de réaction qui permet ce passage de l’observation expérimentale à l’échelle d’une très grande population d’entités chimiques au modélisable grâce au recourt à l’échelle atomique et moléculaire. C’est un concept complexe dont la maîtrise nécessite une forte capacité d’abstraction. Il serait donc illusoire de croire qu’alors que les scientifiques ont mis des siècles à le construire, les élèves seraient capables de l’utiliser pour l’établissement de bilans en masse sans rencontrer de problèmes. Dans cet article seront analysées les différentes étapes de l’élaboration historique du concept d’équation de réaction ainsi que les difficultés rencontrées par les élèves. Des conséquences pour l’enseignement en seront tirées. [Chem. Educ. Res. Pract.: 2004, 5, 51-68]